vendredi 27 janvier 2017

D'où me vient cette passion des langues ?

Déjà à l'école, apprendre l'anglais et l'allemand me semblait intéressant et important.
Si aujourd'hui je me passionne pour les langues en général, c'est grâce à 5 événements.

1. Le déménagement à l'Île de la Réunion (2001-2004)
Ce déménagement m'a fait réaliser qu'il existait un monde en-dehors de celui auquel j'étais habitué et m'a fait apprécier la richesse que peut apporter le mélange des cultures. Une première vraie confrontation à la différence. C'est aussi à la Réunion que j'ai eu mes premiers cours d'allemand.

2. Le théâtre (2004-2007)
A mon retour en métropole en 2004, je me suis inscrit dans un club de théâtre. Grâce à cette expérience, j'ai découvert la culture de lieux inconnus. J'ai appris l'existence de l'Ouzbékistan, à travers les photos du séjour à Tachkent de "ma prof de théâtre", ce qui a suscité un intérêt grandissant pour l'Asie Centrale. J'ai aussi rencontré des artistes du monde entier, notamment des danseurs et musiciens tibétains et un griot sénégalais. La beauté du monde me fascinait de plus en plus.

3. Les voyages scolaires (2004-2010)
J'avais certes eu l'occasion de découvrir l'existence de cultures et modes de vie différents, mais jusque là, je n'avais pas vraiment eu l'opportunité de voyager à l'étranger pour pratiquer l'anglais et l'allemand, les deux langues que j'apprenais. Les années qui suivirent m'ont permis de rectifier le tir à travers de nombreux voyages scolaires. Je suis allé en Allemagne (Aix-la-Chapelle), en Angleterre (Sussex), en Autriche (Tyrol), de nouveau en Angleterre (Cornouailles puis Londres) et en Allemagne (Berlin), puis en Italie (Venise). Et je suis devenu accro aux voyages !

4. L'école de commerce (2011-2014)
L'école de commerce a accéléré le processus : je me suis mis au russe, j'ai rencontré des étudiants étrangers en échange à Nantes et j'ai voyagé dans 11 pays, dont 2 dans lesquels j'ai vécu quelques mois pour un stage (Autriche) et un échange universitaire (Canada).

5. Le déclic (depuis 2015)
Il y a un peu plus d'un an, j'ai passé un entretien chez Saint-Gobain à Francfort - où je travaille actuellement. Une question, en apparence anodine et ressassée depuis longtemps par les recruteurs, a surgi et a déclenché un déclic en moi : "Où vous voyez-vous dans 5 ans ?". Immédiatement, une vieille idée endormie a refait surface et j'ai laissé s'échapper de ma bouche le mot "Kazakhstan". Pourquoi ? L'Asie Centrale m'attirait depuis que j'avais découvert l'existence de l'Ouzbékistan, j'avais quelques bases de russe et je voulais explorer ce monde lointain et inconnu. Le lendemain de l'entretien, après 3 ans de mise en veille, j'ai réactivé l'apprentissage du russe et ai commencé à prendre réellement goût à la langue. Quelques mois plus tard, j'ai commencé l'italien, une autre langue qui me fascinait depuis longtemps, et j'ai enchaîné avec d'autres langues sans savoir m'arrêter : l'ukrainien, le turc, le danois, l'espagnol et désormais le roumain. Et ma curiosité continue à croître...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire