dimanche 29 janvier 2017

Les fausses excuses


Quand il s’agit de trouver des excuses pour ne pas apprendre de langues, on est rarement à court d’idées.

« Je n’ai pas le temps »
On s’imagine souvent que pour apprendre une langue, il faut avoir du temps. C’est faux. En s’y prenant bien et en investissant 30 minutes par jour, on peut déjà avoir un bon niveau en quelques mois.

« Je ne voyage pas, donc je ne peux pas pratiquer »
Oui et non. Evidemment, si vous avez l’occasion de voyager dans le pays dont vous apprenez la langue, ça vous aidera beaucoup. Mais aujourd’hui, il existe beaucoup d’autres façons de pratiquer une langue étrangère sans quitter son pays. Si vous habitez dans une grande ville, vous pouvez rencontrer des étrangers. Si vous travaillez dans une multinationale, il y a de fortes chances que vous ayez des collègues étrangers avec qui vous pouvez également parler. J’utilise ces deux méthodes. Sinon, parmi d’autres possibilités, internet permet aujourd’hui de communiquer dans la langue qu’on veut : si vous vous montrez motivé et intéressé, les gens sont toujours prêts à vous aider.

« De toute façon, c’est trop tard, je suis trop vieux »
Les enfants seraient des génies des langues. Il faudrait apprendre l’anglais à la crèche et prendre au sérieux les cours dispensés par nos professeurs au collège, parce qu’après avoir quitté les bancs de l’école, il serait trop tard pour se mettre à une langue. Bizarrement, c’est une idée universellement répandue. J’ai rencontré des personnes de différentes nationalités qui tenaient ce genre de discours. C’est partiellement vrai. Les enfants sont certes disposés à apprendre assez rapidement : il y a des études scientifiques qui le prouvent et mon but n’est certainement pas de les remettre en cause. J’ai d’ailleurs publié une vidéo à ce sujet. Mais un adulte a des atouts et des compétences dont ne disposent pas les enfants : par exemple, vous pouvez apprendre une langue en analysant sa structure et cherchant les similitudes avec votre langue maternelle. Je reviendrai sur cette méthode dans d’autres articles.

« J’ai une mauvaise mémoire »
Moi aussi. J’apprends des mots, je les utilise, je les oublie, je les réapprends et je les oublie de nouveau. L’apprentissage d’une langue est un processus continu : c’est avec la répétition qu’on apprend vraiment, donc avoir une mémoire qui fait défaut n’est pas un problème en soi.

« C’est trop dur »
De toute façon, peu de choses sont faciles dans la vie. Dans tous les cas, la complexité des langues étrangères est généralement exagérée – surtout en France. Ce qui est sûr, c’est qu'il est de plus en plus facile d’apprendre une langue aujourd’hui avec tous les moyens mis à disposition – et que je détaillerai dans mes futurs articles. En fait, le plus difficile, c’est d’apprendre sa première langue étrangère. Plus vous en apprenez et plus le cerveau s’habitue et gagne en productivité et plus vous pouvez apprendre rapidement et avec moins d’effort.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire