dimanche 19 février 2017

Dar de ce învăț românește?

Et voici le 50ème article ! Bonne nouvelle : j'en ai encore (au moins) autant en réserve :)

Un mois après avoir commencé l'apprentissage du roumain, j'aimerais vous parler un peu de cette langue injustement boudée et aux charmes insoupçonnés. En effet, elle ne vous évoque sûrement pas grand chose. Vraiment ? Vous vous souvenez de Dragostea Din Tei pourtant, non ? Ce n'est évidemment pas la raison qui m'a poussé à apprendre cette langue (et ce, même si à une époque honteuse pas si lointaine, ce morceau me faisait suffisamment vibrer pour que je me procure le "CD 2 Titres").


Alors, pourquoi ai-je décidé de me mettre au roumain ?

Il y a plusieurs facteurs :

1. Ce n'est plus un secret pour personne, je suis PASSIONNÉ de langues, qu'elles soient mondialement répandues et facilement accessibles par la multitude des matériels mis à disposition, comme l'anglais et l'espagnol, ou qu'elles soient plus confidentielles, comme le roumain.

2. Généralement, pour des motifs géographiques je suppose, on pense que le roumain ressemble au russe. En fait, pas du tout, c'est une langue romane, au même titre que le français, l'italien, l'espagnol et le portugais. Oui, le mot "roumain" vient du nom de la capitale italienne actuelle ! Ayant pour projet d'apprendre les langues sœurs du français, la place du roumain sur ma liste était donc naturelle.

3. Ayant deux collègues roumaines, j'entends parler roumain tous les jours et je ne supportais plus de ne pas comprendre un traître mot de ce charabia enchanteur.

4. La Roumanie est une contrée énigmatique, qui m'attire depuis un certain moment déjà et j'ai prévu d'aller faire un petit tour en Transylvanie cette année.

Sighișoara, charmante ville inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO
La sinueuse route Transfăgăraș, qui sillonne à travers les Carpates

Comment ai-je appris le roumain ?

La méthode Sans Peine d'Assimil ayant porté ses fruits avec d'autres langues auparavant, j'ai décidé de renouveler l'expérience. Le seul écart que je me suis autorisé, c'est de troquer le livre contre l'e-méthode, dont je suis tout aussi satisfait. Je me suis lancé très rapidement dans la pratique, ayant cette chance d'avoir deux interlocutrices sur mon lieu de travail. Et j'ai ressorti mes vieilles astuces si efficaces : suivre un journal sur Facebook (Adevărul) et me confronter à la langue grâce à Disney. Je suis d'ailleurs allé un peu plus loin cette fois, en poussant le vice jusqu'à regarder Le Roi Lion, Tarzan, Mulan et Toy Story en roumain. Et bien sûr, le plus important, je me suis converti à la musique roumaine. J'ai découvert quelques chansons et quelques groupes plutôt agréables à écouter, dont celui-ci :


Sub Pielea Mea et la quasi totalité de la discographie de Mihail, véritable pop star en Roumanie, ont également été ajoutées à ma playlist.

Mihail, surnommé "Smiley de Transilvania" et "James Blunt din Cluj"

Une langue très inventive !

Parler roumain, finalement, avec un peu de travail, cela vient assez vite. Le vocabulaire est souvent proche du français ou en tout cas de celui que j'ai acquis en italien ou en espagnol. Parfois, certains mots sont issus du russe, influence exercée par l'imposant voisin. Un système linguistique que j'ai donc pu approcher sans trop de difficultés.

En revanche, certains aspects de la langue sont moins intuitifs.

1. D'abord, c'est l'unique langue romane à avoir gardé les déclinaisons, chose à laquelle je ne m'attendais absolument pas. Pour les personnes peu familières à ce concept, pour faire simple, on parle de déclinaison lorsqu'on modifie un mot en fonction du cas de la même façon qu'on parle de conjugaison lorsqu'on accorde un verbe avec son sujet. Pour illustrer, c'est un peu comme si en français, on devrait parler comme ceci :
Le chien est beau >>> Le mot "chien" est sujet, c'est sa forme originale.
Je caresse lo chieno >>> Le mot "chien" est COD (je caresse qui ? Le chien), il change de terminaison ("o").
Je donne un os au chiena >>> Le mot "chien" est COI (je donne à qui ? > au chien), il prend une autre terminaison ("a").
La patte du chieni est sale >>> Le mot "chien" est complément du nom, il adopte une terminaison encore différente ("i").
Heureusement, en français, le chien n'adopte rien, c'est nous qui l'adoptons. Car les déclinaisons peuvent vite devenir un vrai casse-tête (il faut les apprendre pour le masculin, pour le féminin, pour le neutre, pour le singulier, pour le pluriel... et puis, parfois, il y a des exceptions !). Ceci dit, rien d'insurmontable là-dedans ! Particulièrement en roumain, où les structures restent basiques. Dans les autres langues à déclinaisons que j'ai apprises (russe, allemand et turc), cela est un peu plus complexe... surtout en allemand. Mark Twain, l'auteur de Tom Sawyer, disait d'ailleurs qu'en Allemagne, décliner deux bières est préférable à décliner un adjectif. Je ne lui donne pas tort.

2. Autre découverte amusante : l'article postposé ! Encore une fois, c'est une vraie curiosité au sein des langues latines - bien que je l'avais déjà rencontrée lors de ma furtive étude du danois. Qu'est-ce donc ? Si on reprend l'exemple du français, c'est comme si vous colliez les articles définis à la fin du mot : chienle au lieu de "le chien", garçonle au lieu de "le garçon", téléphonele au lieu de "le téléphone"... vous avez compris l'idée. C'est pas bien compliqué, mais assez surprenant quand on n'est pas habitué. Ainsi, pour traduire "à ta place" en roumain, on dit "în locul tău", littéralement "à placela tienne". Un parfait exemple de ce qui me plait tant dans les langues étrangères !

3. Les Roumains aiment vraiment innover ! Et je ne parle pas de la Dacia Duster ou Sandero.

Dacia, la marque roumaine la plus connue !

Non, je fais référence au supin. Et cette fois, ce fut une réelle nouveauté pour moi. C'est en quelque sorte une formulation intermédiaire entre le nom et le verbe pour exprimer une intention , comme dans "am multe de făcut" pour "j'ai beaucoup à faire"ou "ușor de zis, greu de făcut" pour "facile à dire, difficile à faire". Faute de mieux, les francophones se contentent de transmettre cette idée par un infinitif. Or, s'il y a quelque chose qu'un Roumain déteste par-dessus tout, c'est l'infinitif. Il l'évitera à tout prix. Ce qui nous amène à mon avant-dernier point.

4. Sans le savoir, on utilise beaucoup l'infinitif en français. Oui, "sans le savoir". Je dis en français mais en définitive, c'est le cas de nombreuses langues. Manque de bol, pas du roumain. Voici comment s'exprime un Roumain :
sans le savoir >>> devient en roumain >>> sans que je le sache
je veux danser >>> devient en roumain >>> je veux que je danse
je peux venir >>> devient en roumain >>> je peux que je vienne
je dois partir >>> devient en roumain >>> je dois que je parte
et ainsi de suite !

5. Au final, toutes ces originalités ne m'ont pas posé de problème en soi. J'ai vite pris l'habitude de m'y plier. Cependant, une caractéristique du roumain m'a donné du fil à retordre : l'écriture ! Certes, l'alphabet compte 31 lettres, donc 5 de plus que nous (ă, â, î, ș et ț) mais le véritable défi, c'est de les employer avec justesse. Plusieurs d'entre elles ayant un son assez similaire pour une oreille novice (ă et e / â, î et i), il est souvent difficile de choisir les lettres correctement. Voici un court texte pour que vous vous fassiez une idée de l'apparence de la langue :
"Trebuie să luăm lucrurile aşa cum sunt, căci nu se face politică altcumva decât bazat pe realităţi. Sigur, nu poţi să începi să sari pe scaun ca un papagal şi să strigi: «Europa!, Europa», pentru că asta nu va însemna nimic şi nu va duce la nimic." (lien ver l'article intégral)
En français : "Nous devons prendre les choses comme elles sont, car on ne fait de la politique qu'en se basant sur la réalité. Bien sûr, vous ne pouvez pas commencer à sauter sur votre chaise comme un perroquet et crier: «L'Europe, l'Europe», parce que cela ne veut rien dire et ne mènera à rien."

Mais mot à mot : "Nous devons que nous prenons les choses comme elles sont, car ne se fait pas la politique autrement que basée sur les réalités. Bien sûr, tu ne peux pas que tu commences que tu sautes sur la chaise comme un perroquet et que tu cries : «L'Europe, l'Europe», parce que cela ne veut rien dire et ne mènera à rien." 

Très belle mise en situation de l'opposition roumaine à la corruption par l'infinitif ! 

Les Roumains se mobilisent en masse contre la corruption !

Cette petite démonstration que je viens de vous faire correspond exactement à ce que je m'attache à faire pour chaque langue : dégager les constructions originales et nouvelles pour établir la structure globale. On obtient ainsi le squelette. Une erreur fréquente consiste à vouloir ingurgiter un maximum de vocabulaire, en pensant qu'on pourra parler une langue en traduisant mot à mot ce qu'on dit dans la sienne. C'est faux. Le vocabulaire est certes important : c'est la peau, les muscles, les organes de la langue. Mais rien de tout cela ne pourrait tenir sans squelette.

OSons l'impOSsible !
În definitiv

Encore une fois, voilà un langage bien fascinant ! Cependant, si vous désirez apprendre votre première langue romane, je ne vous conseillerais pas de commencer par celle-ci. L'italien ou l'espagnol devrait vous paraître plus accessible dans un premier temps. Mais si vous vous passionnez réellement pour la culture roumaine, alors évidemment foncez sans plus attendre ! Vous n'avez pas fini d'explorer les singularités exotiques de cet idiome. Et puis, même si je suis rarement stratège en sélections linguistiques, parler une langue rare a toujours du bon. 

En plus, les vampires n'ont jamais été autant à la mode (ce n'est pas Kamel Ouali qui vous dira le contraire) : le temps est peut-être enfin venu d'apprendre la langue maternelle de Dracula !

Le château de Dracula, étape incontournable d'un voyage en Roumanie !

De l'excellent Hôtel Transylvanie à Dracula Untold, en passant par Johnny Depp grimé en suceur de sang pour Dark Shadows de Tim Burton ou encore Twilight...


 ... sans oublier les séries ! Tout a commencé avec Buffy contre les vampires il y a 20 ans. Et aujourd'hui encore, les créations se multiplient (Vampire Diaries, True Blood, etc).


Vous n'avez pas grand chose à faire : tendez le cou et laissez-vous mordre ! 😈

L'irrésistible acteur roumain Sebastian Stan, devenu superstar à Hollywood




„Trebuie să luăm lucrurile aşa cum sunt, căci nu se face politică altcumva decât bazat pe realităţi. Sigur, nu poţi să începi să sari pe scaun ca un papagal şi să strigi: «Europa!, Europa», pentru că asta nu va însemna nimic şi nu va duce la nimic”.

Citeste mai mult: adev.ro/olfPAS PREMIERE LANGUE ROMANE A APPRENDRE 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire