mardi 28 février 2017

Parlons musique

J'écoute beaucoup de musique. Presque en permanence : YouTube, Deezer, iTunes... peu importe, je suis toujours connecté à un de ces services. La musique est certes d'un grand support pour apprendre une langue, mais c'est surtout un langage à part entière ! Et c'est pour cette raison que lui consacrer un article sur ce blog est tout à fait pertinent.

Au début, je voulais vous faire un top 5, pour vous partager les styles auxquels je suis le plus réceptif. Mais établir une liste si sélective m'a semblé trop difficile, donc je vais plutôt vous livrer par blocs ce qu'il me passe par la tête. Je n'évoque pas ici les artistes dont j'ai fait l'éloge précédemment, comme Woodkid, ou qui sont des superstars mondiales, comme David Bowie dont je suis un très grand fan - en particulier Ashes To Ashes, qui est une de mes chansons préférées (ok, finalement, je l'évoque peut-être un peu quand même).

Les indétrônables

Si je devais nommer mon genre musical de prédilection, je citerai sans la moindre hésitation le trip hop. Peut-être que ce style ne vous dit pas grand chose. En quelque sorte, c'est un sous-genre de musique électronique avec des emprunts à la culture hip hop (d'où le nom), qui appelle à la détente et au voyage (d'où le jeu de mots avec trip). C'est un style plutôt récent qui a émergé dans les années 1990. Parmi les groupes précurseurs, on trouve :

Massive Attack
Là, on s'attaque à un gros morceau ! Leur morceau le plus connu, justement, est Teardrop qui est devenu le générique de Dr. House. Parmi les autres pistes de ce groupe britannique qui me font vibrer : Unfinished Sympathy, Safe From Harm, Live With Me ou encore Paradise Circus dont le remix de Gui Boratto a réussi là où tous les autres ont échoué, c'est-à-dire me conquérir au point de pouvoir écouter la chanson plusieurs fois par jour depuis plusieurs années sans m'en lasser !


Portishead
Un autre pionnier, britannique également. C'est surtout l'album Dummy qui a mon entière adhésion. Glory Box est le titre le plus célèbre du groupe. Mais celui qui a ma préférence est incontestablement Roads. La prestation live de Beth Gibbons est tout simplement déchirante. A chaque écoute, j'ai l'impression que la condition de mon cœur, traversé de lésions irréversibles, va précipiter ma mort. C'est dire à quel point la musique peut être communicative ! It's A Fire est, pour les mêmes raisons, d'une rare puissance. En fait, l'album entier est réellement incroyable.


Air
N'oublions pas les Français ! Car en trip hop, eux aussi excellent. Prenons Air, par exemple. Mon album fétiche de ce duo est Moon Safari. Typiquement, le genre de musique que j'aime écouter le dimanche matin. Cherry Blossom Girl est elle-aussi une chanson que j'apprécie énormément.

"Un peu d'Air, de l'Air, c'est juste une question de survie !"

Télépopmusik
Encore des Français ! Ici, c'est particulièrement Breathe qui m'intéresse, bien que le reste de l'album Genetic World s'écoute aussi très bien. On peut notamment entendre Breathe dans le film De battre mon cœur s'est arrêté avec Romain Duris.


Les trésors que j'ai découverts

Les films sont parfois une très bonne source de découvertes musicales. Malheureusement, je ne connais pas Xavier Dolan personnellement, ce jeune cinéaste que j'adule, mais je suis persuadé que musicalement on s'entendrait très bien. Son film Les Amours Imaginaires m'a ainsi introduit au duo électropop suédois The Knife, dont la chanteuse a également fait carrière solo sous le nom de Fever Ray. Si vous m'autorisez d'ailleurs une digression cinématographique, Les Amours Imaginaires est un film que je conseille, tout comme Mommy et le moins connu mais peut-être celui que je préfère du Québécois, Tom à la ferme.


Deezer n'a rien à envier au génie de Dolan. Son génie à lui, c'est de pouvoir vous proposer des artistes totalement en adéquation avec vos styles musicaux. Et c'est ainsi que j'ai découvert :
- Boards of Canada ;
- aydio, dont j'ai acheté toute la discographie, tellement j'ai été transporté par l'univers ;
- Superpoze, jeune prodige français qui pourrait avoir un bel avenir devant lui. Il n'avait que 23 ans quand je l'ai vu jouer au festival des Nuits Secrètes et j'ai découvert une dimension parallèle ;
- Emancipator, un énorme coup de cœur ! En particulier, les albums Soon It Will Be Cold Enough, Safe In The Steep Cliffs et Dusk To Dawn. Je suis un peu plus critique vis-à-vis de Seven Seas qui m'a un peu déçu. Quoi qu'il en soit, chaque morceau est une pépite qui me fait voyager. Pour n'en citer que trois : Anthem, Minor Cause et Greenland. Je les ai vus en concert à Amsterdam il y a quelques mois : une expérience inoubliable !

Concert d'Emancipator, Amsterdam, Novembre 2016

Quelques autres bijoux

D'autres styles, en vrac :
- Bon Iver ;
- Tame Impala  ;
- Wax Tailor - on peut notamment entendre Seize The Day dans Paris de Cédric Klapisch, une autre de mes recommandations cinématographiques ;
- Florence + The Machine
- Parov Stelar ! Ceux qui me connaissent savent que j'adore danser. Comme les langues, je pense que ce qui freine la plupart des gens à s'y essayer, c'est la peur du ridicule mais bref, c'est un autre sujet. L'Autrichien Parov Stelar donc, et l'electro swing en général, est un parfait moyen de se mettre à la danse. Et ce n'est pas ce grand danseur allemand qui dira le contraire !


Et deux chansons isolées

- Reubin de Christian Löffler ;
- Levo de Recondite, découverte dans The Young Pope, excellente série d'ailleurs !

Jude Law, jeune, irrévérencieux... et pourtant, pape !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire