vendredi 24 février 2017

Qualités requises pour parler une langue

Tout d'abord, parler une langue, qu'est-ce que ça veut dire ? La réponse que je vais apporter n'engage que moi, mais je pense qu'il faut arrêter de croire qu'il s'agit d'en maîtriser entièrement le lexique. Sinon, on ne parlerait AUCUNE langue.
“If the standard of speaking a language is to know every word — to feel equally at home debating nuclear fission and classical music — then hardly anyone is fluent in their own native tongues.”
Cette citation n'est pas de moi mais de Tim Doner, un Américain qui a connu son quart d'heure de gloire en tant que "plus jeune hyperpolyglotte du monde". Il est revenu sur son parcours d'apprentissage d'une vingtaine de langues dans cet article. Mais ce qui m'intéresse ici, c'est plutôt la conférence qui suit et qui recoupe bon nombre d'idées sur lesquelles j'ai déjà insisté (sous-titres en français disponibles) :


Parler une langue, selon moi donc, c'est être capable de mobiliser les qualités suivantes :

- être curieux. Ne jamais dire "je ne comprends pas" mais à l'inverse, chercher à comprendre. Par soi-même, si on est seul face à un article de journal par exemple, ou en demandant à son interlocuteur de reformuler ses propos.

- aimer les paris. Car si vous ne connaissez pas les mots que vous souhaitiez exprimer, vous pourriez vous risquer à les inventer. Et réussir... ou échouer lamentablement.

- être créatif. Vous ne connaîtrez jamais tous les mots. Si un vocable vous fait défaut, il faudra trouver d'autres façons d'exprimer l'idée. Et rapidement. Parce que la personne en face de vous ne va pas attendre éternellement. Exemple : lorsque j'étais à Sorrente avec mes amies, j'ai demandé un briquet au propriétaire de l'appartement pour pouvoir cuisiner. Le problème, c'est que je ne connaissais pas le mot accendino à l'époque. J'ai cherché à m'en sortir autrement en posant la question "Lei ha questa cosa per dare fuoco alla cucina?", en français : "Vous avez ce truc pour mettre le feu à la cuisine ?". Bizarrement, faisant plus confiance à ma faim qu'à mon côté pyromane, il a immédiatement glissé sa main dans la poche de son pantalon pour en sortir un briquet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire