samedi 11 février 2017

Quand votre cerveau vous lâche

Parfois, votre cerveau vous lâche. Il en a juste marre. Tout ce qu'il voudrait, c'est se barrer loin d'ici et avoir le droit à un peu de repos de temps en temps.

Je vous dis ça parce que je reviens du supermarché. J'étais en pleine réflexion en français. Pour rendre la corvée des courses un peu plus agréable, j'écoutais de la musique en anglais. J'étais en pleine concentration pour comprendre l'offre de camemberts au rayon frais et essayer de trouver la sous-segmentation de fromages à pâte molle la plus pertinente pour un Français qui se respecte. Alors que je lis les étiquettes en allemand (et que je continue à penser en français et à écouter les paroles en anglais), la musique se coupe brutalement. Je regarde donc l'écran de mon portable pour comprendre l'origine du problème, et là je vois :


Cazzo! Mon ami italien qui m'appelle. Je ne suis pas prêt ! Alors avant de décrocher, je prie mon cerveau de me donner tout son soutien et là, c'est comme s'il me répondait : "Débrouille-toi, Arnaud ! Pour moi aussi, c'est samedi soir !". J'accepte l'appel et lutte pour comprendre ce qu'il veut me dire. Moi-même, je peux à peine aligner quelques phrases correctement. Je raccroche peu de temps après : je réglerai ça en rentrant chez moi.

Tout ça pour dire qu'on ne peut pas mobiliser une langue sur commande, comme s'il suffisait de se pencher de sa chaise de bureau pour ouvrir le tiroir et sortir le dossier "italien", impeccablement rangé entre celui d'allemand et de russe. Parfois, on n'est juste pas préparé mentalement. Pas prêt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire