lundi 20 mars 2017

Bliu Bliu n'aura pas lieu

Il y a un mois, je découvrais Bliu Bliu et rejoignais plein d'espoir le challenge "apprendre le russe en 30 jours". Pourtant, Bliu Bliu n'aura pas lieu. Il est vrai que j'ai une tendance aux achats compulsifs : par exemple, plusieurs livres sur le Kirghizstan et sur Istanbul sont empilés depuis des mois sur mon bureau et j'en ai lu aucun. Je ne les lirai sûrement jamais. J'achète puis je regrette. Avec Bliu Bliu, c'était un peu la même chose : après avoir été débité des frais d'inscription de 90€, je me suis dit que j'aurais mieux fait d'investir cette somme autrement. Surtout vu le nombre de voyages que j'ai encore prévus dans les mois à venir...

Mais bref, passons ! Le défi devait commencer le 6 mars, et quelques jours plus tôt, extrêmement motivé, je m'étais déjà remis au russe, après une très longue interruption. Puis, la date de début a été déplacée au 13 mars. Puis, au 20 mars... J'ai contacté le service client et ai demandé à me désinscrire et à être remboursé. Ce retard me décevait un peu et surtout, ayant déjà bien avancé seul dans l'apprentissage de cette langue magnifique, je me suis rendu compte que, finalement, j'avais les moyens de réussir à parler russe couramment par moi-même.

Comment j'apprends le russe

Je vais vous parler brièvement de la méthode que j'applique depuis quelques semaines pour apprendre seul le russe et que je vais continuer à utiliser dans les semaines à venir (avant de passer à un nouvel idiome, que j'ai déjà choisi et dont je parlerai bientôt). Elle comporte 3 points complémentaires et peut s'appliquer à n'importe quelle langue.

1. Assimil
Temps quotidien : 1 heure

Assimil est désormais bien connu : j'en parle souvent. Actuellement, je fais 2 leçons par jour de Perfectionnement Russe. J'en suis environ à la moitié. Grâce à cette excellente méthode, j'ai fait des progrès incroyables dans cette langue - et le livre de 700 pages ne m'a coûté que 25€.

Ma Bible !

2. Netflix
Temps quotidien : 40 minutes (un épisode de série)

Je n'en ai pas encore parlé mais depuis maintenant un an, Netflix m'aide beaucoup à apprendre les langues. Je paie mon abonnement 8€ par mois et je peux regarder de nombreux films et séries dans plusieurs langues (audio et sous-titres multilingues). Il y a 4 façons d'apprendre une langue en regardant des films ou des séries et les voici :

- la VOSTF (version originale sous-titrée en français). Certainement, la plus sollicitée. Personnellement, j'évite car, généralement, la lecture dans ma langue maternelle finit par capter toute mon attention.

- la version originale sous-titrée dans la même langue. C'est déjà mieux que la VOSTF. Par exemple, regarder une série américaine avec sous-titres en anglais ou un film argentin avec sous-titres en espagnol. Et en effet, j'ai essentiellement utilisé cette méthode pour le deuxième cas.

- la VO pure. C'est l'idéal ! Regarder une série ou un film dans la langue originale et sans aucun sous-titres. Seul "problème" : trouver du contenu dans la langue qui nous intéresse car les doublages ne sont pas toujours très bien faits. Sauf pour l'italien ! J'ai suivi beaucoup de séries américaines en italien sans sous-titres car souvent la version italienne est bien meilleure que l'originale : un des exercices qui m'a le plus aidé pour parler couramment cette langue si romantique.

- et enfin, une technique plus atypique, que j'ai baptisée VOSTALE ("version originale sous-titrée en autre langue étrangère"). C'est celle que j'utilise actuellement : je regarde des séries américaines en anglais, avec sous-titres en russe. On en trouve plusieurs sur Netflix, par exemple Zoo, Narcos, The Expanse ou How To Get Away With Murder. Là encore, grâce à cela, j'ai fait des progrès non négligeables : l'authenticité de la série n'est pas dénaturée par une langue parasite (car les Russes conservent souvent les voix originales et parlent par-dessus) et je peux associer les nouveaux mots qui défilent en alphabet cyrillique sur mon écran à ceux que j'entends en anglais.


3. YouTube
Temps quotidien : 20 minutes

Un peu de musique et / ou un extrait de Вечерний Ургант.

Au total, donc, je consacre environ 2 heures par jour au russe. C'est beaucoup. Cependant, avec 20-40 minutes (30 minutes CHAQUE JOUR est une très bonne moyenne), on ressent déjà rapidement les progrès. Cela peut correspondre à un passage sur YouTube, un épisode de série ou une leçon d'Assimil. 

J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle

Et je vais commencer par la bonne : il existe encore des entreprises avec un service après-vente irréprochable. Bliu Bliu a répondu à ma demande dans l'heure et m'a remboursé dans la journée. Je ne peux pas juger la qualité de leur méthode mais celle du service client est exemplaire.

Maintenant, la mauvaise nouvelle. Le russe n'intéresse personne. Si le challenge a été reporté à (au moins) deux reprises, c'est pour une raison simple : il n'y a pas assez de participants. Pourtant, le russe, en plus d'être une langue magnifique et incroyablement riche, est assurément une langue d'avenir. Ceux qui la maîtriseront pourront saisir des opportunités en or en Russie, en Europe de l'Est et en Asie Centrale dans les années à venir : j'en suis convaincu !

L'Expo 2017 sera à Astana et je m'y rendrai dans quelques mois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire