jeudi 30 mars 2017

Retenir le vocabulaire (3)

Troisième article consacré à "Comment retenir les mots ?"

Cette page est à la fois la suite du deuxième article de la série "Retenir le vocabulaire" et de "Comment apprendre rapidement", dans lequel j'avais donné 10 raisons qui rendent l'apprentissage d'une phrase beaucoup plus efficace que l'apprentissage de mots isolés. J'avais pris l'espagnol comme exemple avec "No puedo darme el lujo de rechazar esta oferta". Je vais revenir sur cette méthode en vous donnant 10 raisons supplémentaires à travers le cas particulier d'une phrase russe apprise par cœur - alors que je déteste le par cœur et y suis généralement opposé (dans le cadre de l'étude d'une langue, en tout cas). Cette phrase, la voici :
"Сегодня я расскажу вам историю о человеке, утонувшем в холодных водах океана, -- после потери того, кого он любил. Эта история о человеке, который умер дважды."


Ce n'est pas une phrase que j'ai inventée puisqu'elle est issue du clip de I Love You de Woodkid - je l'avais d'ailleurs déjà mentionnée dans cet article.

Pourquoi apprendre une phrase comme celle-ci par cœur?

Tout simplement parce que cela m'a permis de progresser en russe. De beaucoup progresser, en réalité*. 10 raisons :

1. Je n'ai pas choisi cette phrase au hasard. Elle est tirée d'un clip que j'aime beaucoup d'une chanson que j'aime beaucoup d'un artiste que j'aime beaucoup -  jamais deux sans trois. Et aimer, quand il s'agit de se souvenir, ça aide !

2. Je trouve la phrase en elle-même très belle. A plusieurs titres. D'abord pour sa dimension poétique car en français, elle signifie "aujourd'hui, je vais vous raconter l'histoire d'un homme, qui s'est noyé dans les eaux froides de l'océan, après avoir perdu quelqu'un qu'il aimait. C'est l'histoire d'un homme qui est mort deux fois"'. Et évidemment, pour la beauté intrinsèque à la langue russe : beauté orale et écrite, car je trouve l'alphabet cyrillique particulièrement esthétique. Résultat, l'amour étant renforcé, la facilité d'apprentissage l'est aussi.

3. Avant d'apprendre cette phrase, je ne pouvais en saisir que quelques mots. Je voulais non seulement comprendre les autres, mais surtout ne pas les oublier. Et donc, la troisième raison pour laquelle j'ai appris cette phrase s'appelle la curiosité. Indispensable si vous voulez apprendre une langue !

4. Le vocabulaire de cette phrase est plutôt diversifié en termes de fréquence d'utilisation. On y trouve des mots très courants comme "aujourd'hui", "histoire", "homme"... d'autres plus rares comme "se noyer" ou "perte".

5. Le russe est une langue riche en sons et cette phrase l'illustre parfaitement. Richesse consonantique (s,v, dn, r, sk, j, v, st, tch, vsh, sl, dv, jd...) mais aussi vocalique (é, ia, ou, iou, ié,...). Apprendre cette phrase pour pouvoir la répéter régulièrement est donc un très bon moyen de parfaire sa prononciation.

6. Cette phrase est un bijou. Elle contient de nombreuses structures essentielles de la langue russe, parmi lesquelles l'opposition perfectif / imperfectif, les déclinaisons, le fonctionnement du pronom relatif "qui", la formation du passé, du participe passé actif, etc. En l'apprenant, j'ai donc assimilé plus naturellement certaines constructions typiques du russe.

7. C'est une phrase que j'ai d'abord entendue. Puis, je l'ai lue, mais cela n'est venu qu'après. La première confrontation a donc été auditive. Prononcée par un acteur charismatique à la voix profonde et percutante, sur un ton détaché, qui caractérise à la perfection le flegme russe légendaire. Le cadre religieux accentue le côté mystérieux de la scène : silence de l'assemblée, choix du noir et blanc, résonance et raisonnance des paroles. Le texte est d'ailleurs théâtralisé avec succès. Trois étapes : 1- l'homme avance lentement, on le voit de face, on entend ses pas, zoom modeste, on ne voit pas les croyants ("Сегодня я расскажу вам историю о человеке, утонувшем в холодных водах океана", aujourd'hui, je vais vous raconter l'histoire d'un homme, qui s'est noyé dans les eaux froides de l'océan) ; 2- l'homme est de dos, on voit les fidèles de face, la caméra s'élève ("после потери того, кого он любил", après avoir perdu quelqu'un qu'il aimait) 3- plan fixe sur le visage de l'homme, conclusion de son discours ("Эта история о человеке, который умер дважды", C'est l'histoire d'un homme qui est mort deux fois). Captivé par cet acte russophone, j'avais l'impression de voir un microcosme de l'Univers Russe prendre vie. J'imaginais les protagonistes évoluer dans un village reculé de Sibérie. Je ne voulais pas juste apprendre une suite de mots. Je voulais m'approprier cet univers.

8. Quand je doute de mes capacités en russe, et cela arrive souvent, je récite cette phrase, ce qui a l'avantage de me rassurer immédiatement sur la quantité de choses que je connais dans cette langue, à travers toutes les structures symbolisées par cet enchaînement de vocables et les autres, complémentaires, qu'elles réveillent en moi.

9. Cette phrase, en fait je devrais dire ces phrases car il n'y en a pas une mais deux, n'est ni trop courte ni trop longue. Elle est de taille idéale pour s'entraîner. Je me suis exercé à la prononcer / écrire de plus en plus rapidement jusqu'à y arriver sans faire la moindre erreur.

10. Je dispose désormais d'une phrase toute faite en russe. Quel intérêt ? En soi, il n'y en a pas vraiment. Si ce n'est celui-ci : je pourrais la sortir la prochaine fois qu'on me demandera "tu parles russe ? Vas-y, dis quelque chose en russe !". Question que je n'ai jamais comprise : parler une langue, ce n'est pas pouvoir dire n'importe quoi sur commande. Dorénavant, face à ce genre de demande inexplicable, j'aurais donc ma réponse toute faite que j'activerai en "mode zombie".

What's in your head?

*Il y a un peu plus d'un mois, avant que je me remette au russe et apprenne cette phrase par cœur, Bliu Bliu me disait que je connaissais 1.125 mots. Depuis environ 3 semaines, j'étudie avec régularité et acharnement (plus de détails ici) cette langue qui m'attire tant. Je sens réellement les progrès réalisés en termes de compréhension et d'expression, ce qui est toujours très appréciable et gratifiant lorsqu'on apprend une langue. Je viens de refaire le test : le nombre de mots serait désormais de 3.844. Avec motivation, apprendre une langue peut aller très vite. Vraiment !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire