jeudi 6 avril 2017

Vous reprendrez bien un peu de russophilie avec votre vodka ?

L'Amour est certes le nom d'un des plus grands fleuves de Russie, mais pas seulement.

L'Amour est dans le pré... et en Sibérie !

L'amour, c'est aussi le nom que je donne à ce que j'éprouve pour ce pays, sa culture, son peuple... et bien évidemment, sa langue merveilleuse ! Je continue, jour après jour - car fréquence est mère de maîtrise - à apprendre cette langue, à mon oreille la plus belle du monde, et que se passe-t-il ? Plus je découvre ses subtilités, plus je réalise combien elle me plaît et à quel point ces terres mystérieuses où on la pratique me fascinent et m'attirent irrésistiblement tel un aimant. Aimant le pays des tsars donc, je ne peux évidemment m'empêcher d'évoquer le triste attentat survenu à Saint-Pétersbourg il y a quelques jours.

Saint-Pétersbourg est une ville spéciale pour moi. Pourquoi ? Je me pose souvent des questions bizarres. Si tu ne devais choisir qu'une langue dans le monde, laquelle choisirais-tu ? Le côté pratique et utilitaire me force à répondre le français, car c'est ma langue maternelle. Mais si je pouvais me dégager de ce conditionnement, je répondrais sans hésitation : le russe. Si je ne devais retenir qu'une langue, n'en parler qu'une, n'en étudier qu'une, n'en maîtriser qu'une à la perfection, n'en aimer qu'une, n'en faire mienne qu'une - choses qui fort heureusement n'arriveront jamais - si tout cela donc, je choisirais le russe. Et l'autre question que je me pose souvent, tout aussi bizarre, est la suivante : que ferais-tu s'il ne te restait que quelques mois, quelques semaines à vivre ? Mon instinct acquis de voyageur me pousse à exprimer ma passion en allant à l'essentiel : j'aimerais voir deux villes. Après quoi, je serai serein. J'ai vu l'une d'entre elles l'année dernière et me suis laissé submerger par une vague prévisible d'émotions. Car c'était plus que ce que j'imaginais : plus grandiose, plus magnifique, plus impérial, plus resplendissant, plus gigantesque, plus imposant, plus incroyable, plus magique... Plus. Cette ville, c'est Istanbul !

La deuxième, je ne l'ai hélas pas encore vue et il s'agit de Saint-Pétersbourg. Il y a quelques années, je pensais pourtant que tout était tracé d'avance et que j'allais pouvoir passer un semestre dans l'ancienne capitale russe. Mais à la place, j'ai été affecté au Canada. Et affecté, je l'ai également été en comprenant que je ne pourrais pas devenir étudiant pétersbourgeois. A l'époque, la sublime chanson éponyme de Saez exaltait ma tristesse inconsolable.


A Saint-Pétersbourg 
La neige tombe, c'est Dieu qui pleure l'Histoire du monde 
Des perles qui tombent, comme si le sang du ciel couvrait le siècle rouge d'un drapeau blanc 
A Saint-Pétersbourg 
La neige tombe, pour panser de coton, le pauvre monde 
Mais le monde c'est les hommes, les pays les bons dieux 
Et les perles qui tombent et qui vous montent aux yeux 
A Saint-Pétersbourg, on a perdu la guerre 
Pas celle des canons mais celle des idées 
Et y'a Olga la blonde, celle qu'on appelle espoir 
Et celle qui espère de refaire le monde 
Un monde fait de lumière* et de neige en été 
Et de soleil d'hiver et de nuit d'amour 
A Saint-Pétersbourg 
Moi je n'irai jamais et plus je te regarde 
Et plus je sais que je t'aime ma princesse, mon ailleurs, mon Amour 
Puisque l'âme est la richesse 
A Saint-Pétersbourg, A Saint-Pétersbourg ... 
La neige tombe, c'est Dieu qui pleure le sang du monde 
Et y'a Olga la bonde, celle qu'on appelle espoir 
Et celle qui espère de refaire le monde 
Un monde fait de lumière* et de neige en été et de soleil d'hiver et de nuit d'amour ...

*"Un monde fait de lumière" : monde, lumière, deux mots en français. Monde, lumière, un seul mot en russe : Свет - Et notons que l'autre mot russe pour dire monde, Мир, signifie aussi paix ! 

Saint-Pétersbourg, plus belle ville du monde ?

Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, l'un des plus riches du monde

Cela ne m'a pas empêché de continuer à apprendre le russe sans relâche depuis afin de commencer désormais à préparer mon départ, je l'espère prochain, pour celle qu'on qualifie de plus belle ville d'Europe, voire du monde.

L'attentat donc à Saint-Pétersbourg m'a doublement touché. On a certes frappé en plein cœur le symbole d'une Russie lettrée, cultivée, historique, vivante, intemporelle, presque irréelle et hors de portée et pourtant si proche des menaces contemporaines incarnées par l'obscurantisme religieux et contemplatif de la mort. Mais il ne s'agit pas que de la cible. L'arme utilisée pour l'atteindre est tout aussi regrettable, l'auteur de l'attaque étant un jeune homme originaire du Kirghizistan. L'Asie Centrale (Kirghizistan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan) me fascine depuis de très nombreuses années. Amoureux des langues et de la diversité culturelle, je ne pense pas trouver meilleur terrain pour exprimer cet amour que cette région que personne ne connaît et, pire encore, ne veut connaître -  peuplée de tribus asiatiques musulmanes parlant des langue turques et une langue iranienne transcrites en alphabet cyrillique ! Les esprits turc, iranien, russe et mongol semblaient avoir donné naissance à une dimension où tolérance ne pouvait que faire loi... et pourtant, l'islamisme radical s'y implante progressivement.

Très bel hommage rendu dans Вечерний Ургант


Puisqu'on en est à mentionner le brassage des cultures, et parce que j'aimerais finir de manière moins déprimante, réjouissons-nous de la présence du grand Charles Aznavour dans cette même émission cette semaine :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire