mercredi 5 juillet 2017

Avec ou sans accent ?

Je dois avouer une de mes plus grandes faiblesses dans l'apprentissage des langues : mon accent français ! Je maîtrise l'anglais, l'allemand et l'italien suffisamment bien pour pouvoir m'exprimer dans ces trois langues sans aucune réserve ni aucune frustration et pourtant je le fais avec un accent qui trahit immédiatement mon origine. Je me souviens de cette remarque poignante d'un Autrichien : "c'est marrant, quand je lis tes messages, je pourrais facilement croire que tu es un germanophone natif. Tu as une maîtrise parfaite de la syntaxe, des déclinaisons et tu t'exprimes naturellement... Par contre, à l'oral, tu es démasqué en 30 secondes : pas de doute, tu es Français !" Un commentaire qui m'a plutôt amusé. Pourtant, pendant longtemps, je l'ai vécu comme un handicap. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Je me suis fait à l'idée de garder mon accent français pour les 3 raisons suivantes :

1. "Grâce" à mon accent, mes interlocuteurs savent que je suis Français et sont plus tolérants.

S'il y a un étranger que j'admire pour sa prononciation sans accent du français, c'est Paul Taylor (voir ici). Mais ce qu'il dit à ce sujet est intéressant : il parle français couramment et sans accent, ce qui amène souvent les gens à croire qu'il est Français. Or, il est Britannique et même si sa pratique de la langue de Molière est impressionnante, Shakespeare semble parfois le rappeler à l'ordre en lui faisant commettre des erreurs ("un" au lieu de "une" par exemple) qui le font passer certes pour un Français mais pour un Français bête et inculte ! Bien que plus critique à cet égard, Colette Grinevald souligne elle-aussi ce point : "He called me in to his office once to tell me that I should not work so hard on trying to lose my French accent, that I would regret it later. Because, he said, I would reach a point of maybe sounding quasi native, but some details, cultural or linguistic, would still escape me occasionally and people would then think that I was a native, but dumb, odd, and uneducated, and I would get embarrassed."

2. L'accent, c'est sexy !


Les Anglais trouvent le french accent really cute, les Allemands s'écrient "ß!!" dès que j'oublie de prononcer un "h" ou que je prononce Kirche (église) comme Kirsche (cerise) et les Italiens, souriant toujours avec surprise quand un Français parvient à communiquer dans leur langue maternelle, n'hésitent pas à doubler la taille de ce sourire et de l'accompagner d'un "ma che bello!" quand je le fais avec un accento davvero francese... Oui, bonne nouvelle : l'accent français est considéré comme l'un des plus sexys par de nombreux peuples ! D'ailleurs, moi-même, j'aime bien les accents anglais, allemand et italien en français. J'ai récemment vu The Walk, où Joseph Gordon-Levitt peut doublement exprimer sa francophilie (voir ici) : en parlant anglais avec un accent français et en parlant français... avec un accent américain, ce qui rend sa prestation dans le film d'autant plus agréable à mon oreille !

3. Les accents célèbrent la diversité culturelle.

Si je parlais anglais, allemand et italien sans l'ombre d'un accent, je ne serais rien d'autre qu'un imposteur ! L'accent rappelle à nos interlocuteurs mais aussi à nous-mêmes d'où on vient, qui on est.


Quand on aime la diversité des langues et la diversité des peuples, et je l'aime profondément, finalement on aime aussi la diversité des accents qui lui est irrésistiblement associée. Si ce sujet vous intéresse, voici un article que je vous recommande !

Évidemment, je rêve toujours de pouvoir parler anglais avec un irréprochable accent british. Mon but ici n'est pas de vous convaincre de s'exprimer avec l'accent français le plus prononcé qui soit. Je cherche juste à dédramatiser la situation et à, je l'espère, prouver que garder un accent n'est en rien un frein à la maîtrise courante de langues étrangères. Ironiquement, il y a quelques langues dans lesquelles j'arrive à m'exprimer sans accent. Malheureusement, ce sont aussi les langues que je parle le moins bien aujourd'hui, à savoir le roumain, le turc et le russe. Autrement dit, il y a des langues que je parle bien avec un accent et d'autres que je parle moins bien mais sans accent. Entre les deux, mon cœur ne balance pas : la première situation est sans surprise largement préférable !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire