dimanche 2 juillet 2017

Histoire de famille

Comme les hommes, les langues appartiennent à des familles. Une famille de langues : qu’est-ce que cela représente exactement ? L’allégorie qui suit permet de le comprendre. 

C’est l’histoire de Madame LATIN, mère de deux jumeaux : ITALIEN et FRANÇAIS.


Deux bébés inséparables qui sont devenus deux enfants complices, deux adolescents soudés… puis deux jeunes adultes. ITALIEN s’est marié et a eu des jumelles : ESPAGNOLE et PORTUGAISE. FRANÇAIS, marié lui aussi, a eu un fils : ROUMAIN


La complicité des jumeaux n’avait pas souffert de leur mariage : ils partageaient toujours autant de choses ensemble. Trop de choses peut-être. Les belles-sœurs ne supportaient pas cette situation et un jour, une stupide dispute a éclaté. FRANÇAIS a quitté la région et est parti à des centaines de kilomètres avec sa famille. Mais FRANÇAIS n’était pas plus heureux : loin de son frère ITALIEN, il ressentait un manque que rien ne pouvait combler. Il se sépara de sa femme, RUSSE, qu’il tenait pour responsable de cette situation. Elle déménagea avec ROUMAIN à l’autre bout du continent


Quelques années plus tard, FRANÇAIS reçut un appel de son frère, ITALIEN, qui lui annonça la mort de leur vieille mère, Madame LATIN. C’est donc dans ces circonstances singulières qu’eurent lieu les retrouvailles tant attendues de FRANÇAIS et ITALIEN - divorcé lui aussi. La communication entre les deux frères était devenue difficile : ils voulaient se parler mais ne trouvaient pas les mots justes pour le faire. Après toutes ces années de séparation, FRANÇAIS n’avait  d’ailleurs même pas reconnu ses nièces ESPAGNOLE et PORTUGAISE. Elles avaient tellement changé ! A la surprise générale, RUSSE, qui avait été également prévenue par ITALIEN, fit le déplacement avec son fils ROUMAIN pour l’enterrement. FRANÇAIS n’avait pas vu son fils ROUMAIN depuis si longtemps ! Il avait changé lui aussi. Malheureusement, le père et le fils ne se comprenaient plus : ils n’avaient plus grand chose à partager, plus grand chose en commun. Impossible de nouer le contact. Ils étaient tout simplement devenus deux étrangers. Après les obsèques de Madame LATIN, tous les membres de la famille rejoignirent leur pays respectif sans avoir réussi à se dire ce qu’ils auraient aimé se dire. Cet événement attrista profondément ITALIEN, qui tomba malade et mourut peu de temps après. Il ignorait que son décès ferait naître une nouvelle catastrophe familiale : la guerre entre ESPAGNOLE et PORTUGAISE pour l’héritage paternel…

Dans cette histoire, j’ai pris l’exemple de la famille des langues romanes : le français, l’italien, l’espagnol, le portugais et le roumain. Si la communication entre locuteurs de ces langues est aujourd’hui difficile, ils sont pourtant à l’origine tous pratiquants d’une même langue mère : le latin. Ce cas montre aussi que les familles de langues peuvent s’influencer entre elles à travers l’exemple du roumain, îlot latin en Europe de l’est, battue par les flots des langues slaves (en particulier le russe, mais aussi le bulgare) qui, en s’écrasant sur son rivage, ont contribué à façonner son apparence actuelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire