vendredi 14 juillet 2017

Pourquoi apprendre l'allemand ?

Il y a quelques jours, je suis tombé sur cet article de The Guardian : Why we should learn German. Le parti pris est admirable mais risqué. L'allemand ? Sérieusement ?  

Apprendre cette langue sert vraiment (encore) à quelque chose ? 

C'est triste mais pourtant vrai. En France, on peut déjà s'estimer heureux si les gens s'intéressent à l'anglais, certains fous peuvent pousser le vice jusqu'à la maîtrise de l'espagnol mais quand il s'agit de l'allemand, il n'y a plus personne... et le problème est justement là. Après avoir lu cet article, je me suis posé deux questions : pourquoi l'allemand est-il si peu populaire et pourquoi cette langue mérite-t-elle plus d'attention ?


Pourquoi les Français ne s'intéressent-ils pas à l'allemand ?

Le principal ennemi de l'allemand, ce n'est pas tant le français mais l'espagnol, sa principale langue rivale à partir du collège. Selon moi, l'allemand subit une concurrence déloyale pour 3 raisons :

1. "L'allemand, c'est inutile"
S'il vous plaît, notez bien les guillemets ! Ce n'est pas moi qui le dis. D'ailleurs, je suis un germanophone et germanophile convaincu (non, je ne me soigne pas) et je vis à Francfort, donc une pensée de ce genre ne risque certainement pas de m'effleurer l'esprit de si tôt. Non, je cite plutôt ceux qui tournent le dos à l'allemand pour mieux se consacrer à l'espagnol, langue officielle de 21 pays (Espagne, Mexique, Chili, Colombie, Pérou, Cuba, Argentine, etc) alors que l'allemand est parlé de manière quasi-exclusive en Allemagne, en Autriche et en Suisse (ajoutons le Liechtenstein, le Luxembourg et trois villages belges pour gagner quelques milliers de locuteurs natifs supplémentaires). La bataille semble donc plutôt inégale. En plus de cela, une croisière dans les Caraïbes fait certainement plus rêver qu'une croisière sur le Rhin, non ?

Espagnol 1 - Allemand 0

2. "L'allemand, c'est dur"
Je ne vais pas vous mentir en vous disant que l'allemand est facile à apprendre pour un Français. Encore une fois, en face de cette langue cauchemardesque se trouve une langue romane, étroitement apparentée au français : l'espagnol. Le choix est vite fait : ce sera l'espagnol, car "c'est facile".

Espagnol 2 - Allemand 0

3. "L'allemand, c'est moche"
Et qui voudrait apprendre une langue moche ? Dans l'esprit de la plupart des gens (sains, j'entends), l'espagnol, "c'est vraiment plus joli".

Espagnol 3 - Allemand 0

Le match est fini ? On va laisser les Espagnols s'en tirer si facilement ? Non.

Il est grand temps de se mettre à l'allemand

Et pour vous le prouver, je vais reprendre les 3 raisons de l'impopularité de l'allemand :

1. L'allemand c'est utile
Ceux qui apprennent l'espagnol pour "son utilité" peuvent avoir plusieurs leitmotivs (désolé pour l'allemand mais je n'ai pas trouvé d'équivalent en espagnol). Si c'est vraiment le nombre de pays qui prévaut, une question subsiste: combien d'hispanisants iront réellement en Amérique latine au cours de leur vie ? A l'inverse, combien de ces hispanisants seront amenés à se rendre en Allemagne ? Soyons réalistes, apprendre l'espagnol pour l'Argentine, c'est un peu comme apprendre l'anglais pour la Nouvelle-Zélande. Le vrai quotidien d'un Français, c'est l'Europe et sur ce continent il y a 100 millions de germanophones contre 45 millions d'Espagnols ! L'allemand est d'ailleurs la première langue de l'Union Européenne en termes de nombre de locuteurs.

Mais peut-être que ma vision est trop peu ambitieuse. "L'espagnol, c'est une langue d'avenir !" pourriez-vous me répondre, convaincus de la capacité de l'Argentine, du Mexique et de Cuba de relever les nombreux défis économiques et sociaux qui sont les leurs. Oui, peut-être. Sûrement même. Dans combien de temps ? Encore une fois, restons en Europe et ce que je peux vous dire, c'est qu'à défaut d'être une langue d'avenir, l'allemand est résolument la langue du présent. Alors que Londres pleure le Brexit, Francfort se rêve déjà en nouvelle capitale européenne de la finance. Et le rêve est à deux doigts de se réaliser (source : "Paris et Francfort se disputent les restes de la City", Le Temps). Pendant ce temps-là, à Madrid, on ne sait plus quoi faire pour endiguer le chômage : 17,7% en mai 2017 contre... 3,9 % en Allemagne (et environ 10% en France) ! (source : Eurostat)

Francfort, ville de l'euro fort !

Il reste peut-être un argument : les vacances ! Partir en road trip en Andalousie, en city trip à Barcelone ou en bad trip à Ibiza, ça vaut toujours mieux que visiter le port de Hambourg ou les débris du mur de Berlin, non ? Oui, je sais ça fait beaucoup de trips pour ceux qui n'ont pas les tripes de se mettre à l'allemand mais a-t-on vraiment besoin d'apprendre l'espagnol pendant plusieurs années pour dire "una cerveza con patatas bravas, por favor" ?

Du coup, vous ne m'en voudrez pas mais je retire 1 point à Gryffondor pour l'attribuer à Serpentard.

Espagnol 2 - Allemand 1

2. L'allemand, c'est dur
Oui, l'allemand demande plus d'efforts que l'espagnol pour un Français. C'est justement pour cette raison que l'apprendre à l'école constitue une bonne stratégie. Avec un peu de sérieux et de persévérance, vous aurez les moyens de parvenir à le parler convenablement et pourrez toujours apprendre l'espagnol par vous-même plus tard. C'est précisément le choix que j'ai fait.

Espagnol 1 - Allemand 2

3. L'allemand n'est peut-être pas si moche
La question est limite philosophique : qu'est-ce que la laideur ? La réponse ne saurait tenir en quelques lignes et je ne prévois pas d'y accorder plus d'espace mais je pense que le concept de la laideur est au moins partiellement lié à celui de l'étrangeté et de la rareté. Ce qui est laid ne pourrait être commun et fréquent au risque de devenir banal. Si l'allemand semble donc si moche à l'oreille de nombreux Français, c'est notamment parce que notre fine oreille latine n'est pas habituée à ces sons "barbares" - étymologiquement, "étrangers par rapport aux Romains" et l'allemand est effectivement étranger au latin. La laideur ne peut se percevoir que dans un contexte particulier : ainsi, un Néerlandais appréhende sûrement les sonorités allemandes de façon plus positive. Je ne retirerai pas le dernier point de l'espagnol pour autant, et donc :

Espagnol 1 - Allemand 3

Kommt noch was dazu?

Les préjugés ont la vie dure. Malheureusement, ceux sur l'allemand ne représentent que la partie émergée de l'iceberg. Derrière la langue, il y a le pays. Je ne sais pas pourquoi les Français s'imaginent les Allemands comme un peuple froid, sans cœur, hostile, naturellement méchant et diabolique. Bon d'accord, il y a peut-être eu quelques épisodes historiques regrettables... Mais l'Histoire est ce qu'elle est, et nous, irréprochables Français au passé exemplaire, avons un devoir envers l'Allemagne : honorer l'amitié franco-allemande. J'aime la langue allemande mais par dessus-tout j'aime profondément l'Allemagne et suis particulièrement attaché au maintien des relations privilégiées qui l'unissent à la France. En plus de cela, l'Allemagne est un magnifique pays !

Alors, convaincu ? 


Le château de Neuschwanstein en Bavière a inspiré un certain W. Disney

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire