samedi 15 juillet 2017

S'expatrier en Allemagne

Dans ce précédent article, j'ai essayé de vous montrer que l'allemand gagne à être appris. Aujourd'hui, je vais me focaliser sur un point en particulier : s'expatrier grâce à l'allemand.

Lorsqu'on est jeune diplômé et que l'on cherche son premier emploi, plusieurs facteurs peuvent être déterminants : les études que l'on a choisi de faire, les stages effectués, mais aussi... les langues ! Et l'allemand vous donne d'emblée un énorme avantage. Il y a deux ans, je suis moi-même passé par là. Fraichement diplômé, je recherchais un poste en marketing et alors que les entretiens en France étaient difficiles à décrocher, les opportunités en Allemagne ne manquaient pas. A une condition : parler couramment allemand ! Je n'avais jamais été aussi content d'avoir choisi cette LV2 au collège. J'ai enchaîné les entretiens en Allemagne et en Suisse et ai même eu ce luxe de pouvoir choisir entre un poste à Francfort (que j'ai choisi) et un autre à  Berlin.

Marché de Noël à Francfort

Pourquoi s'expatrier en Allemagne, en Autriche ou en Suisse ?

J'avais déjà réalisé un stage à Vienne, en Autriche, quelques années plus tôt et cette nouvelle position en Allemagne allait me le confirmer : les conditions de travail y sont excellentes ! Les Français s'imaginent que les Allemands sont des bêtes de travail - Arbeit, Arbeit, Arbeit! C'est faux. Il n'y a pas cette culture du présentéisme si ancrée en France (rester au bureau jusque 18-19h, quelque soit l'heure à laquelle on arrive et la charge de travail que l'on a). Je peux quitter le bureau dès 16h du lundi au jeudi et dès 14h30 le vendredi. Sans avoir à me justifier ni recevoir de regard en coin ou de remarque sarcastique de la part de mes collègues dans l'open space - "T'as pris ton après-midi ?" Après ça, se rapatrier à Paris est impensable.

Chaque année, Mercer publie un classement de villes sur la qualité de vie. 450 villes dans le monde sont ainsi comparées selon les critères suivants :
  • Environnement sociopolitique (stabilité politique, criminalité, respect de la loi, etc.).
  • Environnement économique (contrôle des changes, services bancaires).
  • Environnement socioculturel (accessibilité et censure des médias, restrictions aux libertés individuelles).
  • Situation médicale et sanitaire (fournitures et services médicaux, maladies infectieuses, gestion des déchets et des eaux usées, pollution atmosphérique, etc.).
  • Établissements d'enseignement et éducation (niveaux et disponibilité d'établissements internationaux).
  • Services publics et transports (électricité, eau, transports en commun, engorgement du trafic, etc.).
  • Divertissements (restaurants, théâtres, cinémas, sports et loisirs, etc.).
  • Biens de consommation (disponibilité des aliments, articles de consommation quotidienne, automobiles, etc.).
  • Logement (locations, appareils ménagers, mobilier, services d'entretien).
  • Environnement naturel (climat, historique des catastrophes naturelles).

Il s'agit de l'étude la mieux réputée et la plus complète sur ce sujet et les résultats risquent de vous surprendre. Les résultats pour 2017 justement, les voici :

1. Vienne, Autriche
2. Zurich, Suisse
3. Auckland, Nouvelle-Zélande
4. Munich, Allemagne
5. Vancouver, Canada
6. Düsseldorf, Allemagne
7. Francfort, Allemagne
8. Genève, Suisse
9.  Copenhague, Danemark
10. ex æquo Bâle, Suisse et Sydney, Australie

Dans le top 10, on retrouve 6 villes germanophones ! Vienne et Francfort font d'ailleurs partie du haut de la liste. La capitale autrichienne est première depuis 8 ans maintenant alors que Bruxelles est 27ème, Paris est 38ème, Londres est 40ème, New York est 44ème, Tokyo est 47ème, Rome est 57ème et Dubaï, 74ème...

Francfort (7ème), ville moderne

Mercer a également élaboré un second classement selon la qualité des infrastructures urbaines :

1. Singapour
2.  ex æquo Francfort et Munich, Allemagne
4. Copenhague, Danemark
5. Düsseldorf, Allemagne
6. Hong Kong et Londres, Royaume-Uni
8. Sydney, Australie
9. ex æquo Hambourg, Allemagne, Vancouver, Canada et Zurich, Suisse

Francfort (2ème), ville traditionnelle

Sont pris en compte cette fois "l'approvisionnement en électricité et en eau potable, les services de téléphonie et Internet, les transports en commun, la fluidité du trafic et l'offre de vols internationaux des aéroports locaux."

Source : https://www.mercer.fr/newsroom/enquete-qualite-vie-mercer-2017.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire