mercredi 23 août 2017

Syndrome de Stockholm

Lorsqu'on apprend l'anglais, les destinations européennes qui viennent tout de suite à l'esprit pour pratiquer sont essentiellement l'Angleterre, l’Écosse et l'Irlande. Et c'est normal, l'anglais y est la langue officielle. Pourtant, il existe d'autres pays où le taux de maîtrise de l'anglais avoisine les 100%, notamment en Europe du Nord. Je reviens d'un voyage en Suède et je peux vous assurer que Stockholm ne manquera pas de vous séduire.


Si je dis "Suède", à quoi pensez-vous ? Moi, ce pays m'évoque des choses aussi variées et complémentaires que H&M et Ikea, ABBA et Avicii, Greta Garbo et Victoria Silvstedt, Ingrid Bergman et Ingmar Bergman, Volvo et Spotify, Fifi Brindacier et Thor ou encore Alfred Nobel et Zlatan Ibrahimovic.

La première chose qui frappe lorsqu'on atterrit à Stockholm, c'est le titre revendiqué par la ville sur les panneaux publicitaires. Non pas, Capital of Sweden, ce qui serait parfaitement légitime mais Capital of Scandinavia. Stockholm est en effet la principale ville de Scandinavie, que l'on prenne la définition stricte (Suède, Danemark et Norvège) ou large (Islande et Finlande comprise).

Et Stockholm, qui s'étend sur plusieurs îles, est effectivement une grande ville ! Pour apprécier pleinement tout ce qu'elle a à offrir, je pense qu'il faut au moins lui consacrer deux jours entiers. La vieille-ville (Gamla Stan) regorge de ruelles pavées, où les vélos adossés aux murs colorés sont quasiment aussi nombreux que les habitants eux-mêmes. Les îles voisines de Helgeandsholmen et Riddarholmen forment l'hyper-centre de la capitale. Un peu plus loin sur Kungsholmen trône fièrement l'imposant et quelque peu menaçant hôtel de ville.

Ruelle de la vieille-ville de Stockholm

Les quartiers de Norrmalm et Östermalm au nord sont un peu plus modernes et huppés mais méritent tout de même de s'y attarder. Södermalm au sud est la plus grande île de Stockholm et aussi la plus atypique. C'est là que s'exprime la contre-culture suédoise face aux résidus du passé représentés par les dernières maisons en bois de la ville. Une ambiance très différente du reste de la cité (la terre est d'ailleurs plus présente, l'eau quasi absente) et pourtant très agréable !

Autant le savoir tout de suite : la Suède de manière générale, et Stockholm en particulier, est une destination plutôt chère (cependant moins chère que le Danemark et beaucoup moins chère que la Norvège). Il y a une multitude de musées qui valent le coup d’œil à Stockholm. La ville en compte près d'une centaine mais le problème, c'est que l'entrée coûte souvent 15 à 20€... ou est gratuite ! Là est tout le paradoxe suédois (comme l'incarne si bien Södermalm d'ailleurs) : Stockholm, c'est aussi la ville des extrêmes et mes deux quartiers préférés le prouvent très bien.

Le premier c'est Djurgarden. On y trouve Skansen, musée à ciel ouvert qui reconstitue la Suède et ses traditions (20€ l'entrée, je n'y suis pas allé mais les avis sont très positifs) et le musée ABBA (également près de 20€ l'entrée, je ne suis pas suffisamment fan du groupe pour débourser cette somme mais le magasin du musée est en soi déjà une attraction). Il y a aussi le Musée Nordique, qui a élu domicile dans un des plus beaux bâtiments de la ville, et le Musée de l'alcool (oui, vous avez bien lu). On y trouve également Gröna Lund, le parc d'attractions de Stockholm mais surtout, on y trouve le Musée Vasa. Et ça, c'est sans hésitation le coup de cœur de mon séjour !

Le Vasa !

Si vous n'avez qu'un seul musée à faire à Stockholm, allez au Musée Vasa. Cet endroit est tout simplement unique au monde et ne manquera pas de plaire particulièrement aux fans de Pirates des Caraïbes. En 1628, le Vasa, immense navire de guerre suédois quitte le port de Stockholm pour son voyage inaugural et... sombre après 1 kilomètre. Il faudra attendre 1961, soit 333 ans, pour que l'épave du Titanic suédois soit localisée et repêchée et après plusieurs années de restauration, le bateau peut aujourd'hui être admiré dans ce musée incroyable. L'entrée coûte 14€. Au début, j'ai un peu hésité à débourser cette somme pour "juste voir un bateau" (il y en a tellement dans le port de Stockholm et ceux-là sont gratuits à regarder et en état de marche). Mais j'y suis quand même allé et j'ai vraiment bien fait : c'est réellement impressionnant. Il s'agit du seul navire du XVIIème siècle de cette taille encore si bien préservé dans le monde. Le musée de 6 étages est construit tout autour du bateau (c'est dire la taille de l'engin !!!) et donne de nombreuses informations sur la catastrophe et la Suède de l'époque.

Djurgarden, île très verte, est donc une de mes deux îles préférées de Stockholm. La deuxième, c'est Skeppsholmen. On peut y visiter gratuitement le musée d'art moderne, qui possède vraiment une excellente collection (Picasso, Duchamp, Dali, Warhol...). L'île en soi est très reposante et constituait ma promenade préférée (il faut aller jusqu'à Kastellholmen, son joli château et ses côtes rocheuses) avec de très belles vues sur la ville.

Voilà pour l'aperçu de Stockholm. Vous conviendrez donc que deux jours ne seront pas de trop pour profiter calmement de tout ça. Mais le voyage ne s'arrête pas là et selon moi, deux autres jours au moins sont nécessaires pour prolonger l'expérience scandinave car la nature est véritablement aux portes de la ville !

Une journée peut être consacrée à l'exploration en bateau de l'archipel de Stockholm. Le trajet est en soi déjà une découverte et j'aurais deux îles à recommander, Vaxholm (à 1h de bateau de Stockholm) et Grinda (à environ 1h30 de Stockholm).

Grinda et ses plages

Quant au deuxième jour, consacrez-le à une activité que seuls les Suédois connaissent. Et ils sont déterminés à la garder secrète : si Stockholm (en particulier la vieille-ville) est parfois envahie de touristes, cet endroit, lui, est presque exclusivement fréquenté par des Suédois. Je veux parler du parc national de Tyresta, son immense forêt et ses magnifiques lacs, situé à seulement 1h de train de la capitale. L'aller-retour dans la journée se fait donc très bien (pour seulement 9€ aller-retour ! Qui a dit que la Suède était chère ? Pas moi !).

Tyresta

Trois derniers points pour clore cet escale suédoise :

1. Parlons langues ! Le suédois est une langue germanique, globalement à mi-chemin entre l'anglais et l'allemand. A l'oral, la langue est cependant assez déconcertante (souvenez-vous du chef suédois dans Les Muppets) même si la façon qu'ont les Suédois de détacher leurs syllabes, accentuer leurs mots et manger leurs consonnes n'est pas sans rappeler parfois l'anglais dans sa prononciation britannique (comme dans "posi'ive" pour "positive" par exemple). C'est aussi ce qui rend cette langue si jolie !


2. La confiance est un concept important en Suède. Au musée d'art moderne par exemple, il n'y a personne qui surveille la consigne : on pose simplement ses affaires soi-même derrière un comptoir et on vient les récupérer à la sortie. Il n'est pas rare non plus de voir des vélos garés sans antivol. Enfin, beaucoup de supermarchés proposent des machines à café en libre service. On choisit sa boisson, on remplit son gobelet, on le referme et on paie à la caisse en sortant en même temps que les éventuels autres achats. On vous demandera alors ce qu'il y a dans votre gobelet opaque et fermé (car un cappuccino coûte plus cher qu'un espresso par exemple). La première fois qu'on m'a posé la question, j'ai répondu "un simple café" et ai ouvert le couvercle pour prouver ma bonne foi. Amusée, l'employée m'a dit "Vous n'aviez pas besoin d'ouvrir le couvercle, juste de me dire ce que c'était". Oui, en Suède, on vous croit sur parole.

3. Je suis sûr que cela vous est déjà arrivé. Vous êtes dans un magasin ou dans un restaurant et au moment de payer, on vous regarde avec un air désolé pour vous annoncer "on ne prend pas la carte, seulement les espèces". Et vous n'avez pas de liquide... ça, c'est en France. En Suède, maintenant. Vous êtes dans un magasin ou dans un restaurant et au moment de payer, on vous regarde avec un air désolé pour vous annoncer "on ne prend pas les espèces, seulement la carte". C'est véridique ! Quelque fois, la modernité vous tombe en pleine face sans prévenir et ça surprend. A ce sujet, le réseau de bus à Stockholm est peut-être un peu trop moderne. Il n'y a pas de distributeurs de titres de transports, sauf dans les grands arrêts et il est impossible d'acheter son billet auprès du chauffeur. Comment faire alors ? "C'est simple, me dit le chauffeur, téléchargez l'appli et achetez votre billet dessus". Et quand vous n'avez pas internet et que vous êtes au beau milieu de la forêt à une heure de route de Stockholm en fin d'après-midi à l'heure où passent les derniers bus de la journée, sans aucun moyen d'acheter un billet, vous n'avez plus qu'à espérer que le chauffeur suédois, sous ses airs froids et son amour pour le respect des règles, vous laissera faire le trajet gratuitement... et ça peut marcher, ça aussi c'est véridique !

Bienvenue à Stockholm !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire