dimanche 17 septembre 2017

Transe Sibérienne

Langues, musique, voyage
Langues... musique... voyage... 
Langues. 
Musique. 
Voyage.

Imaginez. Imaginez un territoire gigantesque. Si étendu qu'il frappe aux portes de l'Europe du Nord (Norvège, Finlande, Estonie), de l'Europe de l'Est (Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Pologne, Ukraine), du Caucase (Géorgie, Azerbaïdjan), de l'Asie (Kazakhstan, Chine, Mongolie, Corée du Nord), de l'Amérique du Nord (Alaska) et de l'Arctique. D'un bout à l'autre du pays, 10.000 km : à l'Ouest, Moscou ; à l'Est, Vladivostok - deux villes reliées depuis plus d’un siècle par la voie ferrée la plus mythique du monde : le Transsibérien. Une nation unie par une langue commune et fragmentée par des différences linguistiques régionales (tatar, bouriate, tchétchène...). 

La Russie ?
Les Russies

Et du Transsibérien naquit une transe sibérienne...
Ces Russies, un jeune Français - comme tant d'autres voyageurs avant lui et tant d’autres après lui - les a parcourues. En empruntant le Transsibérien justement. Connu sous le nom de Thylacine, ce prodige de la musique électronique en quête d’inspiration artistique s’est lancé dans un périple quasi-irréel et de cette aventure est né son album logiquement intitulé Transsiberian. En condensant les spécificités et disparités culturelles du pays, il rend avant tout un merveilleux hommage à la Russie et la dote d’une bande-son envoûtante qui invite au voyage tous ceux qui prennent le temps de s’y plonger. Car le résultat est tout simplement hors du commun : un projet remarquable pleinement réussi. Une production orgasmique qui transpose la réalité en apparence froide et métallique du train russe en expérience sensorielle unique : votre peau se substitue à la route et sur ces rails improvisés, la locomotive laisse derrière elle une multitude d'émotions en guise de passagers, qui se meuvent instantanément en frissons irréfrénables. En nous livrant des pistes d'une puissance et une beauté incroyables, l'artiste finit immanquablement par nous faire profondément douter de la véracité de sa destination : s'est-il sincèrement rendu en Russie ? Ou revient-il d'une autre planète ? Je n'avais pas acheté d'album depuis des années mais là l'affront au musicien n'était pas permis. Inspiré, Thylacine inspire à son tour. « Inspiration », ce n’est pourtant pas le mot qui me vient immédiatement à l’esprit quand je me laisse transporter par Transsiberian :


Suivre en vidéos le processus de création de l'album Transsiberian


 Le documentaire comporte 10 épisodes. Le premier est ici.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire