vendredi 6 octobre 2017

Farci au farsi

Les langues sont parfois des farces. Pour des raisons variées (influences culturelles, économiques, politiques, etc), il arrive qu'un mot ou une expression d'une langue se propage vers une autre langue et en devienne un élément de vocabulaire courant. On désigne ces corps étrangers sous le nom d'emprunt lexical. En français, la langue la plus influente à cet égard est sans aucun doute l'anglais : week-end, marketing, smartphone, e-mail... en informatique, ce ne sont pas les exemples qui manquent. Seul ordinateur a su résister dignement à l'invasion (c'est d'ailleurs un très joli mot et je suis content qu'on ne l'ait pas perdu) alors que computer a enterré Rechner en Allemagne et que sa transcription réussie en cyrillique (компьютер) lui donne l'allure d'un espion américain sous couverture en URSS. L'anglais n'est évidemment pas le seul manipulateur : il y a aussi l'italien (bizarre), le russe (kalachnikov), l'allemand (bivouac), le danois (édredon), le hongrois (sabre)... ou encore le persan. Car oui, le français est farci au farsi !


L'idée de cet article m'est venu en me rendant compte que l'expression "échec et mat" qui paraît bien française nous vient... d'Iran ! En persan, l'expression est "Shah mat" qui signifie "le roi est vaincu" (oui, la traduction du mot "shah" n'était pas très difficile à deviner). J'ai donc voulu savoir quels autres mots le persan nous avait donné et voici ce que j'ai trouvé :

- "kusk" signifie "petit palais". Il s'est exporté en Turquie, en Italie puis en France, où il est devenu "kiosque". 

- "pyjama" veut dire "vêtement de jambe" en persan.

- le mot "dulbend" est lui aussi arrivé en France via la Turquie et l'Italie. Il a donné le mot français "turban" mais aussi le mot "tulipe".

- parmi d'autres mots, on trouve aussi "kaki", "caravane" et "paradis".

Même les langues voyagent !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire