vendredi 13 octobre 2017

Peut-on encore se permettre de ne pas parler anglais ?

Ne tournons pas autour du teapot, la réponse est évidente : oui, bien sûr qu'on peut encore se permettre de ne pas parler anglais. Mais à quel prix ? Que perd-t-on à ne pas parler anglais de nos jours ? Je m'intéresse ici avant tout aux Français, même si le sujet peut s'étendre aux Occidentaux qui ne sont pas anglophones natifs.


*

Le quotidien de la majorité des Français s'articule autour de 3 périodes principales :

1. La semaine de travail
En tant que langue de communication internationale, la langue de Shakespeare s'est également imposée dans le monde du travail. Ne pas parler anglais peut non seulement fortement limiter la mobilité géographique professionnelle mais peut aussi être frustrant dans les missions quotidiennes.

2. Le week-end
Que fait-on généralement le week-end, après une semaine de travail  ? On voit des amis, la famille et on se repose. On écoute de la musique (en voiture, chez soi, dans un bar ou en boîte), on regarde des films ou des séries, on lit (des romans ou la presse)... autant d'activités que la maîtrise de l'anglais peut considérablement améliorer. La culture de masse telle qu'on la connaît en France aujourd'hui nous vient en effet principalement d'un pays : les Etats-Unis. Les chanteurs que vous écoutez, les séries que vous regardez, les romans que vous lisez ne sont-ils pas souvent américains ? Parler anglais, c'est pouvoir apprécier pleinement toutes ces choses en version originale !

3. Les congés
Pour la plupart d'entre nous, cela n'arrive que 5 semaine par an. Autant ne pas gâcher ce temps ! On peut choisir de rester chez soi ou de s'évader en voyageant. Et là encore, avec l'anglais, on peut aller plus loin... littéralement cette fois. Je n'ai rien contre les destinations francophones - la Wallonie, c'est très joli - mais si vous parlez anglais, le monde vous appartient : vous pouvez voyager où bon vous semble, généralement sans trop de difficulté (évidemment, plus vous parlez de langues, plus c'est facile de voyager où l'on veut). Il existe des Français qui ne parlent pas anglais et qui malgré tout voyagent à l'étranger. C'est tout à fait possible ! Mais s'aventurer dans de nouveaux pays sans être capable de communiquer un minimum avec le peuple sur place, c'est passer à côté de l'essentiel de l'expérience.

*

Le problème n'est pas juste celui de ne pas parler anglais ; la question est plus vaste. Dire "je ne parle pas anglais" en France revient souvent à dire "je ne parle aucune langue étrangère". Ce constat n'est pas valable dans d'autres régions du monde. Pour prendre un exemple extrême, en Iran, pays d'une très grande diversité linguistique et démographique, les polyglottes non-anglophones ne sont pas si rares : certains Iraniens peuvent même parler 5 langues (persan, azéri, kurde, turc et arabe) mais pas l'anglais. Mais ça, c'est en Iran. En France, tout le monde a accès à un système d'éducation gratuit, tout le monde apprend deux langues étrangères... avec les résultats qu'on connaît bien. La question sous-jacente, donc, est la suivante : "peut-on encore se permettre de ne parler aucune langue étrangère ?"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire