mardi 7 novembre 2017

Russophobes de tous les pays, désunissez-vous !

Et si ce qui pouvait vous faire aimer le russe, c'était... une série américaine ? Les Américains. The Americans. The Americans est une excellente série américaine sur deux agents secrets russes à Washington dans les années 1980. En pleine Guerre froide, le couple mène en apparence une vie américaine normale (deux enfants, maison en banlieue, "travail" dans une agence de voyage...) et pourtant ils espionnent, torturent, tuent pour l'URSS sous les yeux de leur voisin, agent du FBI.


Comment The Americans peut-il vous faire aimer le russe ?

On regarde le générique et on a envie d'apprendre l'alphabet cyrillique.
On regarde un épisode et on a envie de parler russe.
On regarde une saison et les symptômes peuvent devenir beaucoup plus graves : on a envie d'ériger des statues à la gloire de Lénine et d'éventrer le moindre capitaliste à la faucille et au marteau.

L'alphabet russe n'aura bientôt plus de secrets pour vous !

Le générique en lui-même est une merveille, où les références culturelles abondent. L'écran est scindé en deux : à gauche (forcément, rien n'est laissé au hasard !), les symboles soviétiques et à droite, leur pendant américain. Sous une musique aux sonorités russes qui arrive à être à la fois agréable et terriblement angoissante défilent des affiches de propagande communiste, des statues patriotiques, des images de conquête spatiale, des danses traditionnelles russes et toute une flopée de personnages historiques charismatiques : Staline, Lénine, Washington, Kennedy, Carter, Brejnev, Reagan et... Karl Marx en père Noël ! Et à chaque fois, le texte en cyrillique salement terni et caché par une traduction en anglais. Ce générique, le voici :


The Americans, ce n'est pas juste une série bien documentée sur un couple d'informateurs soviétiques. C'est avant tout une série osée :

1. Qui propose un autre point de vue sur l'Histoire. Car là, ceux qu'on aime et qu'on veut voir triompher ce sont les Russes grâce à la compassion qu'on éprouve pour Elizabeth et Philip Jennings et leurs camarades de la Rezidentura. Tout se brouille. "Les méchants" ne sont peut-être pas si méchants, "les gentils" ne sont peut-être pas si gentils.... En tout cas, les Américains ne sont pas si "Américains". The Americans nous offre l'occasion de nous identifier au Pays des Soviets. Alors certes, la Russie d'aujourd'hui, n'est plus communiste mais elle demeure tout autant marginalisée, crainte et détestée par bon nombre d'Occidentaux. Cette ouverture humaine et culturelle reste donc d'actualité.

2. Qui risque de vous faire basculer du mauvais côté du mur. La série est en effet très réussie grâce à son réalisme précis. Que font deux Russes quand ils parlent entre eux à l'Ambassade de Russie ? Ils parlent russe, pas anglais ! Résultat : de nombreux dialogues en russe et en plus, les acteurs sont, sauf exception, des russophones natifs, ce qui améliore la qualité du texte. La décision de sous-titrer une bonne partie des échanges pour paraître plus réaliste peut sembler un peu dangereuse, le risque étant d'ennuyer le spectateur en le forçant à lire... et pourtant, le pari est réussi et on se plaît à retrouver ces personnages dans chaque scène. Certains d'entre eux ne parlent que russe et on est entièrement avec eux. Cela en serait presque inquiétant.

Il y a actuellement 5 saisons et la 6ème et dernière saison sortira en 2018. Si avec tout ça, vous ne tombez pas amoureux du russe, alors votre âme est définitivement perdue : je ne peux plus rien faire pour vous. Et j'en suis triste...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire