samedi 2 décembre 2017

Lost in Translation (1)

Il existe de nombreuses façons d'appréhender la beauté d'une langue : souvent, il s'agit de la beauté de ses sons  (ah, le r roulé italien !), parfois, de la justesse du mot dans sa représentation de la réalité (le verbe "claquer" en français semble se contenter de reproduire un bruit réel), d'autres fois, de ses formulations originales (en russe, pour dire "j'ai", on a recours à la locution "у меня есть", qui signifie littéralement "chez moi est", car le verbe avoir n'existe pas) ou encore de ses subtiles nuances de sens ("ich habe nur zwei Sprachen gelernt" est différent de "ich habe erst zwei Sprachen gelernt" en allemand, dans les deux cas, la traduction française étant "je n'ai appris que deux langues" : avec "nur", l'Allemand dit qu'il n'en a appris que deux et que ça s'arrête là, avec "erst", il veut dire "que deux pour l'instant", il a l'intention d'en apprendre d'autres). Dans tous les cas, une chose est sûre : toutes les langues sont belles de par le regard différent qu'elle permettent de poser sur le monde. Il y a dans chacune d'elles, une poésie particulière.


Je vous propose d'apprécier cette poésie à travers une nouvelle série d'articles "Lost in Translation" sur les "mots intraduisibles". Ainsi, j'ai choisi quelques mots impossibles à traduire car n'ayant pas d'équivalents dans d'autres langues. J'ai volontairement retenu des "intraduisibles" courts, un seul mot constitué au plus de quelques syllabes et qui ne peut être traduit qu'approximativement par une séquence de mots en français. S'ils peuvent être perçus comme nuisibles par les traducteurs, ces "intraduisibles" sont pourtant de véritables pépites linguistiques. En route pour la ruée vers l'ode !

Pour ce premier article, j'ai privilégié trois très belles langues auxquelles je suis particulièrement sensible : l'allemand, l'italien et le russe. Voici une sélection personnelle de 15 mots.

Commençons par la belle allemande ! Ceux qui ont l'oreille courte aiment dire "l'allemand, c'est moche !", ceux qui ont l'oreille curieuse aiment écouter, étudier et affiner l'écoute pour finalement conclure "l'allemand est une langue merveilleuse !"

1. Feierabend


Feierabend est simple à comprendre quand on sait découper les mots comme un Allemand (ceux qui pensent que des mots comme Wassergefährdungsklasse ou Geschwindigkeitsbeschränkung sont barbares, imprononçables et impossibles à retenir appartiennent au groupe des oreilles courtes).

Feier (fête) + Abend (soir) ~ "Fête de soir"

Ce mot allemand correspond au temps entre la fin de la journée de travail et le moment où l'on va se coucher. Um sechs habe ich Feierabend pourrait se traduire par "je finis de travailler à six heures".

2. Ohrwurm

Ohr (oreille) + Wurm (ver) ~ "Ver d'oreille"

Ne prenez pas un air dégoûté, il ne va pas être question de lombrics qui élisent domicile dans les cavités auriculaires. Cette charmante bête ne jouit fort heureusement que d'une existence imagée : imaginez un ver vivant dans votre oreille, prenant plaisir à chanter en boucle la même chanson. Il doit être très difficile de s'en débarrasser ! Le mot Ohrwurm désigne ainsi le fait d'avoir une chanson en tête qu'on ne parvient pas à oublier. En voici un exemple.
 
3. Rabenmutter

Raben (corbeau) + Mutter (mère) ~ "Mère corbeau"

En français, on moque les mères qui couvent trop leurs enfants en les appelant "mamans poules". Les Allemands, pour qui l'éducation des enfants par leur mère est une chose sérieuse, ont inventé le terme contraire : une "mère corbeau", c'est tout simplement une mère qui ne s'occupe pas de ses enfants, préférant se consacrer à sa carrière professionnelle.

4. Verschlimmbessern

de la contraction de verschlimmern (empirer) et verbessern (améliorer) ~ "Empiliorer"

En français, le meilleur moyen de traduire ce verbe serait sûrement de passer par les quatre mots "faire pire que mieux". Verschlimmbessern, c'est aggraver une situation malgré l'intention de l'améliorer. Un peu comme quand on étend une tâche en frottant pour la réduire.

5. Schadenfreude

Schaden (dégât) + Freude (joie) ~ "Maljoie"


Voici un des intraduisibles les plus connus. Les Anglais l'ont même repris tel quel dans leur langue. Il s'agit tout simplement de la joie malsaine que l'on éprouve face au malheur des autres. Il n'y a peut-être que les Allemands pour pouvoir mettre un mot sur ce sentiment.

6. Vorfreude

Vor (avant) + Freude (joie) ~ "Préjoie"


Restons dans la joie ! La "Vorfreude" désigne la joie que l'on ressent par anticipation d'un événement : vous fêtez votre anniversaire dans une semaine ? Vous êtes en vacances demain ? Cela vous rend heureux rien qu'à l'idée d'y penser ? Alors, pas de doute, vous êtes dans la "Vorfreude".

7. Wanderlust 

Wandern (marcher) + Lust (envie) ~ "Marchenvie"


Un autre puissant mot allemand, également repris tel quel en anglais. La Wanderlust, que je connais si bien, c'est l'envie de voyager, de découvrir le monde, de rompre avec la routine déprimante pour aller voir ailleurs, partir loin. Vraiment, qu'elle est belle la langue allemande !

8. Heimweh / Fernweh

Heim (maison) + Weh (mal) / Fern (loin) + Weh (mal) ~  "Malmaison" / "Malloin"

Deux mots contraires et très concis. On a le Heimweh quand on vit loin de chez soi, à l'étranger par exemple, et que notre pays, notre maison, notre famille, nos amis, notre chez soi nous manquent (le "mal du pays"). Le Fernweh, à l'inverse, c'est quand on est chez soi et qu'on se sent mal car on rêve d'être très loin de tout ça, à des milliers de kilomètres : on a envie de dépaysement, de nouveauté. En d'autres mots, on a le Fernweh quand on a le Wanderlust.

9. Heimat

Un dernier mot et j'arrête avec l'allemand (parce que ça pourrait encore durer longtemps !). Heimat est un dérivé de Heim, qui signifie maison. Par "Heimat", on désigne l'endroit d'où l'on vient. C'est un mot très fréquent en allemand et pourtant le traduire n'est pas si simple : l'Heimat, cela peut être un pays, mais aussi, une région, une ville ou une maison précise ! L'Heimat c'est simplement l'endroit où se sent chez soi et qu'on associe à notre origine.

10. Magari

Bon, passons à l'italien ! Avec un des mots les plus utilisés (moi-même, j'adore assaisonner mes phrases avec ce vocable) et pourtant les plus délicats à traduire avec précision. J'avais d'ailleurs déjà dédié un entier article à son sujet. Souvent traduit par "peut-être", magari possède une dimension supplémentaire.

11. Gattara


Passons aux mots un peu plus légers et moins philosophiques. Gattara désigne en italien une "dame aux chats", une femme généralement âgée et un peu folle qui partage sa vie avec plusieurs chats.

12. Abbiocco

Un mot qui ne pouvait être qu'italien... ou français peut-être. Vous connaissez sûrement ce sentiment souvent ressenti le dimanche après-midi. Vous avez fait un repas copieux et maintenant vous avez envie de faire une petite sieste. Eh bien ce coup de barre, cette envie soudaine de dormir pendant la digestion, après avoir trop mangé, c'est précisément ce que signifie "abbiocco".

13. Culaccino

Avant de passer au russe, un dernier mot italien, bien que moins utilisé : celui pour désigner la trace laissée sur la table par un verre. Il fallait y penser ! Bizarrement, on en renvient une fois encore au lieu où on partage les repas...


14. душа

Un des mots russes les plus emblématiques. Vous avez peut-être déjà entendu parler de la fameuse "âme russe", une caractéristique et attitude propre aux Russes, qui nourrissent culturellement une relation à la religiosité et à la spiritualité si particulière... et qui m'attire tant ! Il y a dans l'âme russe une profonde humilité et un respect des valeurs comme la solidarité et la prise en charge de la souffrance pour autrui qui ont certainement contribué d'une façon ou d'une autre à l'avènement de l'URSS. Tout cela, donc, c'est la "душа" ou plus exactement la "русская душа".

15.  почемучка

"почему" en russe signifie "pourquoi" et par "почемучка", on fait référence aux poseurs intempestifs de questions, ceux qui ne peuvent jamais s'empêcher de demander "pourquoi ?" et redemander "pourquoi ?" une fois qu'on leur a apporté une réponse... 

Retrouvez mes autres séries d'articles ci-dessous : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire